Mots-clefs

, , , , , , ,

Suite à un article de ZDnet

et sa publication sous LinkedIn

Quelques freins principaux à la « créativité/réactivité » des DSI/CIO, de mon point de vue:

  • Double rôle: Assurer la continuité de l’exploitation: Et assurer à la fois leurs transformations: « Faire et défaire ». Transformer ou exploiter: 2 métiers différents.
  • Implications secondaire des DSI: Les départements informatiques sont souvent « maltraités » par les métiers, qui leurs imposent des stratégies, sans les impliquer dans la réflexion initiale.
  • Implications secondaire des opérateurs: Les usagers des solutions informatiques, sont souvent maltraités par leurs directions, DSI et Métiers, qui ne les impliquent pas en amont d’une transformation et dans le choix d’une solution.
  • Frilosité à la prise de risques et réduction des opportunités dynamiques: fermeture des appels d’offres à 3 acteurs majeurs et reconnus (USA gaz factory made…), au lieu d’élargir les visions, avec des « Request For Information » (RFI) ou « consultations préliminaires » ouvrant sur des acteurs locaux, si possible plus durables (open source), ou KISS Cloud (Keep It Smart & Simple), à condition d’être sous juridiction en Suisse, et réversible 🙂

Et pourtant, il existe des actions simples pour se faciliter la transformation informatique, et réduire la prise de risques. Mais pour en réduire les coûts, il conviendrait d’en mutualiser le travail. Une règle fondamentale toutefois, rarement appliquée: Des analystes qui ne doivent JAMAIS être « juges et partis » ; il faut éviter les « grands partenaires » des « grands éditeurs logiciels » du marché. Leurs conseils sont orientés.

Mais qui est disponible pour du vrai conseil numérique neutre et indépendant ? Si vous en êtes, me contacter SVP !-) Pascal.KOTTE@ICT-a.ch

Publicités